Chimiothérapie intra-vasculaire loco-régionale

La chimiosensibilité des cellules tumorales est dose-dépendante et les tissus non tumoraux sont dose-limitants d’où une balance risque /efficacité souvent défavorable.

La réalisation d’une exclusion vasculaire locorégionale permet de traiter des organes isolés et perfusés. Cette intensification de dose permet par la perfusion de la chimiothérapie à un volume limité que l’on rince en fin de procédure, protégeant ainsi les tissus vulnérables, ce qui limite les effets secondaires. On augmente ainsi l’efficacité du traitement en limitant la toxicité et cela peut permettre l’utilisation de nouvelles drogues trop toxiques pour une utilisation systémique. Cela permet d’étudier spécifiquement l’effet de la variation de la température, de l’ischémie-reperfusion et des doses et des types de chimiothérapie (mono-drogue ou association) sur les organes cibles portant la tumeur et déterminer la tolérance.

Porteurs du projet : Pr F. ZINZINDOHOUE, Pr M. SAPOVAL, Pr S. OUDARD

Matériel(s) : Salle d’intervention avec équipements CBCP, vidéo-endoscopie chirurgicale ; circuit de circulation extracorporelle de type coeur-poumon